Deel dit artikel
Berichten archief
Recente reacties
Who's Online
  • 0 Members.
  • 1 Guest.

Carl

zomer 2008 II 077

Dans sa maison à Couze, été 2008. Derrière lui: une danseuse forgée par son père Karl (mon grand-père) et une photo de sa fée en robe de gala…

Si le chanteur John Lennon ou le célèbre écrivain néerlandais Harry Mulisch avaient été mon oncle, les choses n’auraient pas été essentiellement différentes. Mon oncle Carl Joseph Gellings (6 mars 1930 – 7 juin 2015) fut une personnalité d’artiste, riche en couleurs, pour ne pas dire: flamboyante.

Grand dessinateur et grand couturier, il avait la particularité de dessiner des mannequins dotés d’une seule jambe et souvent borgne (ce qui n’enlevait d’ailleurs rien à leur grâce). Rien de terne ni de gris chez lui; pourtant certains le surnommaient le « vieux pigeon voyageur gris ». Pour lui et sur lui j’ai écrit le poème suivant, lu à son enterrement le samedi 13 juin 2015 au cimetière de Couze (Dordogne).

 

A LA MORT DU VIEUX PIGEON VOYAGEUR

 

PICT0138

Sa fille, ma cousine Marie Claire, avec son propre Paul, au cimetière de Couze, le 13 juin 2015.

Grand oiseau dormant calmement, presque revenu

à son noyau, presque détachée de sa dépouille

enflammée, son plumage, son corps

 

Un sourire se dessine sur sa bouche comme si

les yeux clos derrière ses lunettes

il regardait d’une immense hauteur dans

une vallée de nombreuses années

 

Son grand amour : une fée en robe de gala

un diadème dans une tourelle

de cheveux incandescents

leur nid plein d’enfants non loin du port

son port à lui, la ville et la nuit qu’il traversait

avec elle en volant, dansant et faisant la fête

 

museum_rotterdam83319-22

Unijambiste avec un clin d’oeil…

Je revois toujours les beautés unijambistes qu’il créait

s’échapper de ses feuilles et défiler

en gracieuse procession

je revois toujours tout ce que je souhaite que lui

voie aussi dans son sommeil si profond

 

Ici dans le pays où il était enfin arrivé

où il a vu, vaincu, mais perdu son grand amour

dont le départ fut si lourd et on voit le sourire

sur le visage de l’oiseau prendre la forme

du baiser des retrouvailles

 

 

PG

Geef een reactie

Het e-mailadres wordt niet gepubliceerd. Verplichte velden zijn gemarkeerd met *